Retour sur l’assemblée plénière et la commission permanente des 14 et 15 octobre 2021

Le conseil régional Auvergne-Rhône-Alpes était réuni en assemblée plénière les 14 et 15 octobre 2021 pour étudier une série de rapports régionaux importants : finances, plan montagne, formation, lycées, parcs naturels régionaux, etc. 

Bilan de cette plénière : de grandes déclarations, des coups de communication et beaucoup de greenwashing. Faisant peu de cas du respect de l’opposition, passant parfois à côté d’amendements consensuels pour marquer sa position de force, l’exécutif s’est révélé plus sectaire que jamais.

L’assemblée plénière, c’est quoi ?

C’est le temps fort de la vie démocratique du conseil régional : les 204 membres du conseil régional, qui représentent les citoyennes et citoyens d’Auvergne-Rhône-Alpes, se réunissent environ tous les deux mois dans l’hémicycle à Lyon pour la session plénière.

Comme à l’Assemblée nationale, les 204 membres du conseil régional ont le pouvoir de délibérer c’est-à-dire de voter les délibérations (les décisions) que la Région mettra en œuvre. Celles-ci sont proposées par l’exécutif : ici Laurent Wauquiez et ses vice-président·es. 

L’assemblée du conseil régional est composée de 204 membres : 136 de la majorité (118 LR et 18 UDI), 68 de l’opposition (28 écologistes, 13 PS, 6 PCF-LFi, 4 PRG ; 17 RN). L’ensemble des votes se font à la majorité simple, Laurent Wauquiez a donc les coudées franches pour appliquer son programme…

Pendant 2 jours, les groupes politiques de la majorité et de l’opposition défendent, amendent et critiquent les délibérations, expliquent pourquoi elles doivent être soutenues ou rejetées. Chaque délibération est ensuite votée, et les services du conseil régional peuvent ensuite les appliquer.

La session plénière est publique, retransmise en vidéo, et l’on peut y assister sur invitation. 

Une majorité figée derrière ses œillères

Premier choix fort de Laurent Wauquiez lors de cette assemblée plénière : persévérer dans le sectarisme. Dès lors qu’une proposition émane du groupe écologiste, c’est non ! Florilège lors de cette réunion du conseil : 

  • Non au soutien aux sages-femmes qui demandent une évolution de leur statut et rémunérations ;
  • Non à l’acquisition de moyens d’alerte pour les crues et glissements de terrain dans nos vallées ;
  • Non à une transition de nos stations de montagne face au changement climatique ;
  • Non à l’investissement dans le train pour rouvrir la ligne Saint-Etienne-Clermont et la rive droite du Rhône.

Les attaques envers notre groupe sont violentes et gorgées de contre-vérités caricaturales. L’extrême-droite jouit quant à elle d’une grande bienveillance de la part du président, à coups de “vous avez raison sur le fond”, “nous allons y travailler ensemble” et autres déclarations énamourées. Ad nauseam. 

Un plan Montagne qui fait “durablement” la part belle aux canons à neige

Avec un plan Montagne porté par la fausse bonhomie du conseiller délégué Gilles Chabert, par ailleurs lobbyiste avéré des canons à neige, nous avons connu de grands moments de déni du réchauffement climatique. 

Ce plan ironiquement nommé “FAIRE D’AUVERGNE-RHÔNE-ALPES LA PREMIÈRE MONTAGNE DURABLE D’EUROPE” fait la part belle à l’enneigement artificiel, coûte que coûte et dans le déni total des enjeux de transition écologique de la montagne. L’exécutif a repoussé l’ensemble de nos amendements et a voté :

  • ❌CONTRE le développement d’un fonds de formation pour les professionnels de la montagne qui vivent du ski ;
  • ❌CONTRE des chèques découverte montagne pour les familles les moins fortunées ;
  • ❌CONTRE la diversification des activités de montagne pour amortir les chocs économiques liés au manque de neige ;
  • ❌CONTRE les projets de recherche liés à la transition des territoires de montagne ;
  • ❌CONTRE la nécessaire connexion des ascenseurs valléens aux gares et aux villages occupés par les habitants des vallées alpines ;
  • ❌CONTRE la conversion des lits froids (lits utilisés seulement l’hiver dans les stations de ski) dans les stations de montagne au bénéfice des locaux ;
  • ❌CONTRE la restauration des hébergements dans les villages de montagne hors stations ;
  • ❌CONTRE le développement du logement des saisonniers ;
  • ❌CONTRE l’accompagnement des collectivités locales pour prévenir les risques liés aux avalanches exceptionnelles.

Retrouvez l’intervention générale de Fabienne Grébert sur ce rapport : https://ecologieaura.fr/ap-montagne/ 

Formation : Wauquiez fait porter aux chômeurs la responsabilité de l’échec de sa politique emploi

Le “plan pour un retour au travail” de Laurent Wauquiez cache en réalité un sous-financement et une injustice criante pour les demandeurs d’emplois. En coupant pour trois ans l’aide à la formation aux demandeurs d’emplois qui n’auront pas fini leur formation, ce plan méconnaît un droit fondamental.

Dans un contexte de reprise économique post covid, le problème se loge dans l’attractivité des métiers hier qualifiés “d’essentiels” mais toujours mal reconnus et rémunérés. Focalisé sur de prétendues fraudes, sans qu’aucun chiffre ne le justifie, ce rapport est un instrument de contrôle qui fait des chômeurs les boucs émissaires d’un chômage de masse pourtant structurel depuis des années. 

Méprisant, Laurent Wauquiez présente une version édulcorée des propositions du gouvernement : il ne s’agit plus de “traverser la rue” pour retrouver un emploi mais d’aller sur les réseaux sociaux… 

Cette assemblée plénière nous a donc donné l’occasion de revenir sur le sous-financement alarmant de la formation continue en Auvergne-Rhône-Alpes. Et de faire tomber les masques : les 100 millions annoncés en grandes pompes dans ce plan seront en fait largement financés par Pôle Emploi et non par le conseil régional.

Retrouvez l’intervention générale de Fatima Parret sur ce rapport : https://ecologieaura.fr/ap202110-formation/ 

Gergovie :  Ne réécrivons pas le passé pour servir les idéologies du présent 

C’est LE projet culturel du président en ce début de mandat : valoriser le site de la bataille de Gergovie (Puy-de-Dôme). 

Important dans l’Histoire de France, tant grâce à la bataille de Gergovie menée par Vercingétorix que par ces Françaises et ces Français qui y organisèrent la résistance à l’occupation nazie ou encore par ses qualités écologiques, ce site ne doit pas faire l’objet d’instrumentalisation politique.

Les pelouses des versants du plateau sont protégées en tant que zone Natura 2000. Nous devons donc veiller à des aménagements qui ne dégraderont pas la biodiversité du plateau afin de faire de Gergovie, non pas un petit parc d’attraction entouré de parkings, mais un site exceptionnel, tant par son histoire et sa richesse archéologique que par sa vitalité écologique.

La majorité a, sans sourciller, refusé tous nos amendements en ce sens.

Retrouvez l’intervention générale de Grégoire Verrière sur ce rapport : https://ecologieaura.fr/gergovie/ 

Finances : Wauquiez sacrifie les générations futures pour plaire aux agences de notation financière

Emblématique de la vision dogmatique de Laurent Wauquiez, le rapport présentant les orientations budgétaires de l’exécutif pour 2022 n’a suivi qu’un objectif : plaire aux marchés financiers. Pas peu fière d’être notée AA+ par Standard & Poor’s après avoir sabré dans les dépenses de fonctionnement au précédent mandat (300 millions d’euros pas an en moins pour les politiques régionales !), la majorité régionale a assumé ses choix : 152 millions d’euros en moins pour la formation professionnelle depuis 2015, suppression des agents dans les territoires ou de la présence humaine dans les gares, réduction à peau de chagrin des politiques sociales et environnementales, etc. 

Laurent Wauquiez a également refusé toute hausse de l’investissement dans les transports. Face à la démagogie du président, nous avons assumé la nécessité de solliciter une contribution supplémentaire de 3 euros par an par véhicule afin de dégager 100 millions d’euros sur le mandat, en plafonnant la modulation régionale de la TICPE. Objectifs : rouvrir le tronçon Thiers-Boën et ouvrir enfin la rive droite du Rhône pour que l’Ardèche, seul département d’Auvergne-Rhône-Alpes à ne pas avoir de ligne de train, afin de disposer de moyens de transports durables et ainsi réduire le coût de la mobilité pour toutes et tous.

Retrouvez nos interventions : 

Des voeux déposés jusqu’à 20 minutes avant leur vote et un grand mépris pour les sages-femmes

Le règlement intérieur impose aux groupes politiques de déposer leurs vœux (un par groupe) au maximum trois jours avant la séance. Mais cette contrainte ne s’applique pas à l’exécutif, qui a envoyé trois vœux à 11h26 pour un début d’examen à 11h45, alors que nous étions en séance sur le rapport sur les Parcs naturels régionaux. Un mépris total des membres de l’assemblée régionale, qui a conduit notre groupe à ne pas participer au vote sur ces trois textes. 

Notre voeu a été examiné ensuite. Ce texte, en soutien aux sages-femmes en lutte pour la revalorisation de leur statut et de leurs rémunérations, a été balayé d’un revers de la main par Laurent Wauquiez, alors même que sa vice-présidente chargée de la santé y était plutôt favorable. Car pour Laurent Wauquiez, ce voeu ne relève pas d’une compétence régionale ! Pourtant, la formation des sages-femmes relève de la compétence du conseil régional depuis 2004 tout de même, et nous finançons la formation d’un demi-millier d’étudiants et étudiantes chaque année à ce métier ! Mais ça ne doit pas intéresser Monsieur Wauquiez.

Retrouvez l’intervention d’Anaïs Widiez sur ce voeu : https://ecologieaura.fr/voeu-sagesfemmes/ 

Environnement et énergie : pas de réponses à nos questions

Cette assemblée plénière a également été l’occasion de voter l’extension du périmètre de plusieurs parcs naturels régionaux (PNR). Mais toujours pas de nouveaux PNR en vue, Laurent Wauquiez n’aime pas ça : il préfère garder la main sur les subventions aux communes rurales. Après l’annulation de la délibération instituant le PNR du Haut-Allier (Haute-Loire) au précédent mandat, c’est le PNR de la Dombes (Ain) qui est définitivement jeté aux oubliettes.

Florence Cerbaï est intervenue à ce sujet : https://ecologieaura.fr/ap202110-pnr/

Enfin par la voix de Myriam Laïdouni-Denis, notre groupe a posé une question orale à l’exécutif sur l’avenir des barrages hydroélectriques de notre région. La région Auvergne-Rhône-Alpes dispose en effet du parc hydroélectrique le plus important de France : il représente 45,6% de la production électrique hydraulique française. Nous avons rappelé que la mise en concurrence des concessions n’est pas adaptée aux spécificités des barrages hydrauliques et à la préservation de la ressource en eau. A nos questions sur les suites de l’étude et du groupe de travail engagés au précédent mandat et sur la position de l’exécutif sur l’ouverture à la concurrence des concessions hydroélectriques, la réponse de Laurent Wauquiez a été limpide comme de l’eau de roche : « Merci, on vous apportera une réponse. Question suivante ! ». Circulez, y’a rien à voir.

La question orale de Myriam Laïdouni-Denis : https://ecologieaura.fr/qo-barrages/

En commissions permanente : la démocratie , ça prend trop de temps

Dans la foulée de l’assemblée plénière avait lieu la commission permanente. Les habitants et habitantes d’Auvergne Rhône Alpes auront le plaisir d’apprendre que cette commission aura traité l’ensemble des 101 rapports présentés pour plusieurs centaines de millions d’euros en 25 minutes : 15 secondes par rapport ! C’est deux fois moins que la précédente commission permanente en septembre, de mieux en mieux !

L’introduction de la séance était claire : “merci de ne signaler vos votes que si et seulement si vous êtes contre”. Et en effet, nous sommes contre plusieurs rapports : 

  • des projets de méthaniseurs proposés sans information complémentaire, 
  • une délégation de Service public pour la ligne 28 qui circule dans la vallée de la Drôme : après échange avec les collectifs de la vallée qui ont lancé la pétition sur la ligne 28 nous avons demandé d’engager des discussions avec le délégataire pour lui permettre de supprimer la rupture de charge qui va être créée à Crest en coupant la ligne en 2 (pour mémoire Valence-Crest puis Crest-Die).
  • des caméras qui se multiplient comme les panneaux bleus dans tous les villages de notre région. 

Et sur ces 25 minutes, nous avons tout de même eu droit aux attaques habituelles, exclusivement réservées au groupe Les Écologistes… là où une cordialité anime le reste des échanges, particulièrement vis-à-vis de l’extrême-droite. Le ton semble donné pour le reste du mandat : “Vous, je ne vous fais pas confiance” nous lance Laurent Wauquiez. De fait, le plaisir est partagé…

2 réflexions sur “Retour sur l’assemblée plénière et la commission permanente des 14 et 15 octobre 2021”

  1. Bertrand Artigny

    Merci pour ces infos
    sont elles diffusées à la presse ? laquelle est abreuvée par les discours polémiques et haineux de la droite

    Cordialement
    Bertrand artigny

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

code

Retour haut de page