Retour sur la commission permanente du 17 décembre

Voici notre désormais traditionnel retour de la commission permanente (CP) du conseil régional, qui avait lieu le vendredi 17 décembre en visioconférence, à la suite de l’assemblée plénière.

Pour rappel, la CP est un organe représentatif de l’assemblée plénière, composée de 68 personnes (dont 9 écologistes), où les décisions sont prises à huis clos, sans débat et où il n’y a pas de compte-rendu public.

Durée de cette CP : 16 minutes !

Nous battons à nouveau un record : 16 minutes pour 137 rapports et des centaines de millions d’euros (7 secondes par vote). Avec une cerise sur le gâteau : cette CP en visio initialement prévue à 14h s’est achevée à 13h58.

Sans doute certains membres ont du se connecter trop tard sans comprendre ce qu’il se passait. Imaginons un instant les réactions outrées si les écologistes procédaient de même à Lyon, Grenoble, Givors ou Annecy…

Et après cette introduction d’ambiance, voici notre sélection du « meilleur du pire » sur cette CP !

Vous reprendrez bien un peu de bitume ?

L’exécutif régional continue de dilapider l’argent public dans la construction de routes, alors que ça n’est pas sa compétence, et en contradiction avec son discours sur « l’écologie positive ».

Premier projet : une subvention de 250 000€ pour des études pour le contournement sud-ouest de Romans (Drôme). L’argent serait mieux investi dans les alternatives à la route !

Second projet : 415 000€ pour la création d’un carrefour giratoire à Saint-Pourçain-sur-Sioule dans l’Allier. Vraiment une priorité régionale !

On sort le chèquier pour les sports motorisés

Comme d’habitude, nous recevons un rapport fourre-tout de soutien à des manifestations sportives, et il faut avoir l’œil pour détecter les soutiens problématique. A cette CP, nous avons pu identifier :

  • 15 000€ pour le Rallye Monte Carlo à Valence
  • 2 000€ pour la Coupe de France d’enduro (motocross) dans le Puy de Dôme
  • 12 000€ pour la finale du Trophée Andros à Superbesse en 2022 (course de voitures électriques du glace)

Une région engagée pour le climat et la biodiversité aura mieux à faire de l’argent public.

Noël avant l’heure : toujours plus de caméras dans la hotte

La politique de sécurité est encore et toujours réduite à l’achat de caméras, sans stratégie de prévention de la délinquance, sans réflexion sur l’efficacité de la dépense publique. Et à cette CP, nous avons eu droit à un florilège avec 3,1 M€ de dépenses pour 127 opérations et 920 caméras ! Et une concentration fascinante dans certaines communes ; en proie à une grande délinquance apparemment :

  • 38 caméras à Arbent (Ain, 3 392 habitants) : 1 caméra pour 89 hab.
  • 19 caméras à Seyssel (Haute-Savoie, 2 290 habitants) : 1 caméra pour 120 hab.
  • 23 caméras à Saint-Yorre (Allier, 2 713 habitants) : 1 caméra pour 118 hab.
  • 52 caméras à Charvieu-Chavagneux (Isère, 8 879 habitants)

A noter également 11 opérations d’équipement de la police municipale. Sur le principe, nous pourrions être favorable, notamment le matériel de protection (gilet pare-balle) ou les caméras piétons. Dans le détail, la Région finance un flashball à Romans-sur-Isère ou encore 3 kits taser à Genas. L’armement de la police municipale, c’est non.

Aide directe aux entreprises sans contrepartie ni condition

L’exécutif nous a proposé 550 000€ d’aide directe pour le développer le site Dynastar de Sallanches (Haute-Savoie).

Dynastar fait partie du groupe Rossignol chroniquement déficitaire et qui se renfloue à grand coups d’argent public. Après avoir touché les aides de l’Etat pendant le COVID, Dynastar a tout de même pris le parti de supprimer des emplois au printemps dernier pour continuer à délocaliser en Espagne. Nous vous avions suggéré au printemps de pérenniser l’appareil productif mais pour le mettre à disposition de multiples petites marques qui fleurissent dans les Alpes et qui ont besoin de fabriquer localement des petites séries.

La majorité régionale n’a pas tenu compte de cette proposition et a préféré soutenir une multinationale du ski qui n’aura aucun scrupule à supprimer les quelques emplois qui restent en Haute-Savoie, si les actionnaires réclament plus de résultats. Ce n’est pas la vision que nous avons de la relocalisation.

Agents de la région : 5 secondes d’intérêt, pas plus

L’exécutif a soumis au vote le Rapport social unique 2020, sur la gestion du personnel. Ce rapport qui n’a pas fait l’objet d’une vraie présentation en commission Finances, n’a pas été présentée en assemblée plénière et a été expédié en deux secondes en commission permanente.

Il est pourtant intéressant pour mettre en lumière les carences de l’exécutif en matière de dialogue social, sa vision étriquée de la gestion du personnel, uniquement comptable, et son hypocrisie sur l’égalité femmes-hommes avec une précarité accrue sur les agents de catégorie C, majoritairement des femmes, et une concentration d’hommes aux postes de direction.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

code

Retour haut de page