Intervention de Florence Cerbaï –  Rapport de la CRC sur la gestion des PNR

Votre politique des parcs naturels régionaux ne sert pas à préserver la biodiversité ou les paysages mais à aménager le territoire. C’est l’enseignement majeur de ce rapport de la chambre régionale des comptes. 

Le problème, et c’est ce que souligne la chambre, c’est que la mission principale des parcs est bien la préservation de la biodiversité et des paysages remarquables.

Dans certains PNR comme celui des monts d’Ardèche où je siège, l’artificialisation des terres y progresse même plus vite que dans les territoires hors PNR. C’est un comble !

Que vous soyez attaché à bétonner et à goudronner notre région n’est pas un scoop, on le voit avec la RN 88, mais la chambre régionale des comptes vous rappelle, que la politique des parcs doit avant tout permettre de protéger le vivant… et ça n’est pas en arrêtant de mobiliser les fonds européens sur Natura 2000 que vous y parviendrez.

En vrac, concernant les remarques de la CRC : l’absentéisme récurrent des élus de la majorité. Nous l’observons également, c’est une constante.

Le gâchis du contrat de territoire qui a remplacé le PNR du haut Allier, où aucune mesure n’a été fléchée sur la biodiversité et les paysages, le contrat servant plutôt à rénover des parkings ou des salles municipales dans le cadre d’une politique clientéliste, loin d’un projet de territoire..

La chambre régionale des comptes souligne aussi la disparité de financement entre les différents parcs, un manque d’équité qu’elle vous demande de corriger.

Et puis la chambre interroge le report sur d’autres structures(communes, communauté de commune, chambre d’agriculture) de la maîtrise d’ouvrage des projets des PNR (60 % des projets en investissement). Cette mauvaise habitude pointée par la chambre, transforme les parcs en  boîte aux lettres des politiques régionales, limitant leur capacité à animer et financer leur projet propre, un projet de territoire au carrefour des activités humaines et de la préservation de l’environnement.

Ni excellence, ni excès d’indignité, on lit dans ce rapport votre désintérêt pour les parcs naturels régionaux.

Il décrit une politique des parcs à l’image de votre politique générale qui investit dans le béton plutôt que dans le vivant. Face à la sixième extinction des espèces, on attendrait autre chose de la soi-disant région la mieux gérée de France…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

code

Retour haut de page