Inspira : un projet qui n’a plus rien de vertueux

Ce jeudi 2 juin 2022, une délégation de huit elu·es du groupe Les Écologistes du conseil régional Auvergne-Rhône-Alpes se sont rendus sur le site du projet Inspira, au bord du Rhône à 25km au sud de Vienne (Isère), pour prendre la mesure de ce projet économique soutenu par la région.

En Isère, sur la rive gauche du Rhône déjà largement réaménagé depuis 1978 avec l’implantation de plusieurs entreprises et industries chimiques, plus de 350 hectares sont encore en passe de connaître de nouveaux aménagements irrémédiables.
Parti d’une intention louable autour du développement de la zone portuaire de Salaise-sur-Sanne, avec l’idée de développer la trimodalité (fluvial-ferroviaire-routier), ce projet prévoit aujourd’hui de concentrer des activités hautement polluantes et misant essentiellement sur le transport par camions générant un trafic démesuré dans la vallée du Rhône.

Carte du projet Inspira (Isère rhodanienne)

Les activités de ces industries sont particulièrement consommatrices d’eau et c’est bien ce qui pose problème. En allant capter dans les nappes phréatiques, notamment sur la zone protégée de l’île de la Platière, ces activités participent déjà à la dégradation et à l’épuisement de cette précieuse ressource.

C’est d’ailleurs ce qui a permis à l’association « Vivre Ici Vallée du Rhône Environnement » de gagner auprès du tribunal administratif de Grenoble le 4 mai 2021. La juridiction administrative a estimé que le projet n’était pas compatible avec les objectifs et les orientations du schéma directeur d’aménagement et de gestion des eaux (Sdage) 2016-2021 du bassin Rhône-Méditerranée compte tenu des nouveaux besoins en eau générés par ce projet d’extension.

Aujourd’hui les 350 hectares sont majoritairement agricoles. A l’heure où les objectifs de ZAN (Zéro artificialisation nette en 2050 fixé par la loi climat de 2021) sont prégnants, il est nécessaire de revoir l’ampleur et les modalités d’un tel projet pour stopper l’emprise foncière et engager une bifurcation du projet vers des activités propres et restaurants les capacités de la nature.
De nombreux emplois peuvent être générées par une réorientation du projet.

A proximité, l’île de la Platière, zone protégée, démontre que la nature peut reprendre ses droits . Cette nature, et l’eau en particulier, en cette période de dérèglement climatique accélérée, est à protéger.

Nous soutenons donc l’association Vivre dans sa demande de réactualisation du projet Inspira, devenu obsolète.

3 réflexions sur “Inspira : un projet qui n’a plus rien de vertueux”

    1. Notre venue confirme notre point de vue déjà ancien sur le projet. L’opacité avec laquelle l’évolution de ce projet est traitée par la région depuis 2015 est un problème de plus. Nous soutenons et suivons l’association VIVRE depuis longtemps et continuerons à le faire

  1. Ping : Soutien du groupe Les Écologistes du conseil régional Auvergne-Rhône-Alpes | Vivre Ici Environnement, le blog

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

code

Retour haut de page