La Région abandonne la Dombes

Communiqué de presse

Jeudi 17 mars 2022

La Région abandonne la Dombes

En 2017, Laurent Wauquiez, président du conseil régional Auvergne Rhône-Alpes, a choisi de substituer le projet de Parc Naturel Régional de la Dombes par un contrat de territoire permettant d’engager sur 5 ans 33 millions d’euros, à part égale entre la Région et le Département. Ce contrat est arrivé à échéance en décembre 2021. Sans même présenter de bilan, Laurent Wauquiez a décidé de supprimer le “contrat spécifique Dombes” lors de l’assemblée plénière du 17 mars. 

Un bilan largement insuffisant 

Les acteurs locaux font preuve d’ingéniosité pour préserver et valoriser le patrimoine naturel et économique de la Dombes : reconnaissance de la filière poisson de Dombes, expérimentation d’élevage biologique, recherche de débouchés pour le cuir de carpes, mise en place de Plans Alimentaires Territoriaux, etc. 

Malgré leurs efforts, force est de constater que la réalité de terrain montre l’inefficacité de l’argent public investi pour répondre aux enjeux de ce territoire. 

Sur les 16,5 millions d’euros annoncés par la Région en 2017, seulement 7 millions ont été effectivement dépensés d’après la compilation des dépenses faite par nos soins, soit à peine 42%. Bien loin des 10 millions annoncés dans le bilan régional, avec plus de 70% en faveur de la rénovation de bâtiments, de création de route. 

C’est seulement 700 000 € euros dépensés sur 5 ans pour les étangs de la Dombes, dont la moitié pour des indemnités sécheresse” nous indique Maxime Meyer, conseiller régional écologiste de l’Ain. “Le contrat de territoire Dombes-Saône, créé par Laurent Wauquiez, est un enfumage total puisque la Dombes aurait perçu ces investissements par d’autres dispositifs régionaux”. 

En parallèle, sur les 16,5 millions d’euros promis par le Département de l’Ain, seulement 13 millions d’euros auraient été dépensés, “surtout sur des compétences obligatoires comme les routes ou les réseaux, de l’aveu même du président de la Commission Aménagement du conseil régional, complète Maxime Meyer, “bien loin d’un quelconque projet de territoire”. 

L’abandon total de notre territoire 

La Région vient de voter ce jeudi 17 mars sa nouvelle politique en faveur de l’aménagement du territoire pour les 6 prochaines années. Principalement du recyclage des politiques de saupoudrage du précédent mandat. Une évolution majeure : la fin des contrats de territoire de la Dombes, mais aussi du Haut-Allier, qui avait remplacé les projets de Parc Naturels Régionaux. “Il nous a été confirmé en commission par le Vice-président que ces contrats ne seraient pas reconduits”, explique Maxime Meyer, “a peine réélu, le Président Wauquiez abandonne notre territoire”. 

Ce n’est pas tout ! Dans le cadre de la Politique Agricole Commune (PAC) a été négocié un nouveau Plan Stratégique National (PSN) dont le volet FEADER (Fonds européen agricole pour le développement rural), géré par les Régions, comprend une liste de mesures à destination des territoires. La Région Auvergne-Rhône-Alpes a fait le choix de supprimer le financement FEADER pour l’animation des zones Natura 2000. Seules deux Régions ont fait ce choix absurde ! 

C’est la double peine pour La Dombes qui est le plus grand site Natura 2000 de la Région !” s’insurge Albane Colin, conseillère régionale écologiste de l’Ain, “L’Écologie prétendument « positive » de Laurent Wauquiez se traduit donc par un abandon du plus grand site Natura 2000 de notre région, des élus locaux et de notre économie avec, en première ligne, les pisciculteurs.

Une autre voie possible : un PNR 

Les élus écologistes ressortent régulièrement des cartons le dossier du Parc Naturel Régional de la Dombes, dossier emblématique de deux visions politiques opposées : “la vision clientéliste de Laurent Wauquiez distribuant les subventions commes des bons points, ou la vision écologiste où les acteurs locaux reprennent en main leur destin.” nous commente Maxime Meyer.  

L. Wauquiez ne dispose d’aucun argument contre l’élaboration d’un PNR de la Dombes, mise à part celui que “le territoire n’en voudrait pas”. Cette position est infondée, sans concertation réelle avec le territoire, le Contrat de Développement Durable Dombes Val de Saône de 2009 à 2015 avait même montré le contraire. “Lors des contrats territoriaux sous la précédente mandature, la coopération entre acteurs locaux avait porté ses fruits explique Albane Colin. “Nombre d’actions avaient été initiées : filière cuir de carpes initiées dans le cadre du programme LEADER, aide à l’investissement pour l’autonomie alimentaire, aide aux projets des pisciculteurs et livre blanc de la pisciculture”.

La population n’a jamais été consultée sur le sujet, alors qu’un PNR constitue un levier pour préserver le patrimoine et le cadre de vie des habitantes et des habitants. “Lançons un référendum local pour savoir !” s’exclame Maxime Meyer. 

La mandature 2010-2015 était presque arrivée au bout de la mise en place du PNR, mais il a été fait table rase en 2017 de la concertation menée depuis de longue année. “L’association pour la création du Parc Naturel Régional de la Dombes existe encore, elle n’attend qu’à être réactivée” nous rappelle Maxime Meyer. “Nous sommes à la disposition de tous les acteurs du territoire pour coconstruire ensemble un avenir un commun.” 

Récemment, le Département de l’Ain a candidaté au Label Ramsar, qui a pour but de valoriser la richesse écologique d’un territoire mais aussi ses valeurs sociales et culturelles. “Quelle est l’efficience d’un label qui ne comporte pas de cadre réglementaire et n’offre pas à ce jour de financement particulier ?” s’interroge Albane Colin. “Il est urgent de répondre efficacement aux problématiques de la Dombes, exacerbées par les effets du réchauffement climatique et l’érosion de la biodiversité”.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

code

Retour haut de page