Au conseil régional AuRA, des votes de l’extrême-droite qui en disent long sur leur projet réel

Au conseil régional Auvergne-Rhône-Alpes, l’extrême-droite s’est scindé en deux groupes : 

  • Le groupe “Rassemblement national et localistes” (13 membres), qui soutient Marine Le Pen
  • Le groupe “Liberté, Identité, Souveraineté” (4 membres) qui a soutenu Eric Zemmour

Ces deux groupes sont issus de la même liste aux élections régionales, celle conduite par Andréa Kotarac. 

Les votes et prises de position de ces deux groupes en disent long sur les priorités de l’extrême-droite et sur sa vraie nature. Sous le vernis et les images de chatons de Marine Le Pen, il y a la réalité d’un projet clairement fasciste, réactionnaire et xénophobe, qui entend redéfinir les valeurs de notre République. Un projet antisocial, antiécologique et antidémocratique contrairement à ce qui est vendu pendant cette campagne.

En voici quelques exemples récents, issus des assemblées plénières du conseil régional de 2021. 

Les écologistes, ennemis numéro 1 de l’extrême-droite régionale

Ce ne sera pas franchement une surprise, mais les écologistes sont la cible prioritaire des attaques de l’extrême-droite. Tous les noms d’oiseaux y passent, et les caricatures les plus crasses. Notons que Laurent Wauquiez, amateur du “ni-ni” mais aussi Président et donc chargé de la police des assemblées, n’intervient jamais pour recadrer les élus d’extrême-droite, qui ont toute liberté de diffamer et insulter. Voici un petit florilège sur les dernières assemblées plénières. 

« ll est aisé de circuler en vélo électrique, fruits frais et repas bio préparés dans une cuisine américaine, bien au chaud dans une sacoche hors de prix en cuir végétal, mais une majorité de nos administrés a besoin, plus  prosaïquement, de sa voiture et pas pour récupérer sa baguette végan dans I’hyper centre chic de nos métropoles. »

Benoît AUGUSTE lors de l’assemblée plénière d’octobre 2021.

« Nos chers amis écologistes sont totalement déconnectés des réalités de nos territoires. Voilà encore une décision grotesque qu’il faudra ajouter à la longue liste de leurs interdits, après le Tour de France, l’aérien ou le sapin de Noël »

Brice BERNARD lors de l’assemblée plénière d’octobre 2021 sur notre amendement proposant d’en finir avec les subventions régionales aux canons à neige.

“[La Région] doit faire pression sur les collectivités qui nous entourent, dont certaines ont basculé dans le camp d’Europe écologie qui, pour rester mesuré, souffrent d’une gestion hasardeuse, pour ne pas dire catastrophique.”

Christophe BOUDOT lors de l’assemblée plénière de décembre 2021.

“Pour nombre de nos habitants, la préoccupation du pouvoir d’achat et de la sécurité quotidienne va bien au-delà du joli vélo du cadre supérieur mangeur de pains végan qui ira au travail en deux roues, mais rejoindra sa résidence secondaire en campagne dans son ronflant SUV.”

Benoît AUGUSTE lors de l’assemblée plénière de décembre 2021.

L’écologie, ça commence à bien faire

L’extrême-droite prétend avoir verdi son discours, et elle ne serait plus climato-sceptique. Mieux, sa cheffe est désormais la porte-voix de la cause animale. Les bases de l’écologie politique n’ont pourtant pas encore été intégrées par ses soutiens en Auvergne-Rhône-Alpes. Leur écologie tient en une ligne : les parcs naturels régionaux sont des nids à « khmers verts », le vélo c’est pour les bobos et vivent les routes et le nucléaire !

« Le volet routier s’est évaporé de ce Contrat de Plan Etat Région, sous la pression du politiquement correct des “fanatiques verts” alors qu’il est pourtant vital de renforcer l’investissement sur les routes d’intérêt régional et même les routes départementales”

Anne-Françoise ABADIE-PARISI lors de l’assemblée plénière de février 2021.

« France Nature Environnement (FNE) est une association environnementale militante, trustée par les écolos […]. Le problème c’est que FNE utilise les fonds publics pour payer entre autres des salariés qui, en dehors de leurs heures de travail, militent pour l’armée des khmers verts qui veulent détruire notre civilisation et détestent parfaitement ce que nous sommes »

Isabelle SURPLY lors de l’assemblée plénière d’avril 2021.

La même n’hésite pas à soutenir des deux mains les associations qui lui sont idéologiquement plus proches (et qui sont assez peu soucieuses du bien-être animal) :

“Nous embrassons chaleureusement tous nos chasseurs !”

Isabelle SURPLY, lors d’un débat sur la chasse pour marquer son soutien, assemblée plénière d’octobre 2021.

« Soyons lucides, les PNR sont gangrénées par des idéologues fanatiques de l’Apocalypse, des Khmers verts comme nous aimons justement les nommer, qui sont complétement imperméables aux réalités de la ruralité et qui mettent dos à dos l’homme et son territoire, qu’il a pourtant façonné et valorisé au cours des siècles »

Muriel COATIVY lors de l’assemblée plénière d’avril 2021.

« Pourquoi demander une indemnité de kilométrage vélo et oublier l’indemnité de kilométrage trottinette, rollers et tricycle ? Pour ceux qui ont la chance d’habiter aux abords du Rhône et de la Saône, pourquoi pas une indemnité canoë-kayak ou voilier ? Nous voterons évidemment contre. »

Vincent LECAILLON lors de l’assemblée plénière de juillet 2021.

« Vous venez pinailler et vous inquiéter exagérément pour quelques fougères, comme à votre habitude ». 

Jérôme BUISSON, lors de l’assemblée plénière d’octobre 2021 sur notre amendement sur demandant des mesures compensatoires en faveur de la biodiversité dans les projets d’aménagement.

“C’est toujours l’énergie nucléaire qui est pointée du doigt, énergie nucléaire sans laquelle nous ne pourrions pas être en visio à 77”

Isabelle SURPLY, fine connaisseuse des enjeux énergétiques, lors de l’assemblée plénière d’octobre 2021.

L’extrême-droite déteste le monde associatif et la société civile structurée

Que donnerait l’extrême-droite au pouvoir ? Une répression totale de toute association qui aurait le malheur de ne pas penser comme eux. Quelques interventions nauséabondes en témoignent :

“Cela fait six ans maintenant que vous financez par centaines de milliers d’euros par an cette association qui prône l’écriture inclusive, propose des programmes racialistes et décolonialistes en faisant lire à haute voix du Christiane Taubira par Camélia Jordana, pas plus tard que l’année dernière, ou organise des tables-rondes avec des grands immigrationnistes qui louent les belles actions de Cédric Herrou ou de SOS Méditerranée. Comment pouvez-vous financer de gauchisme sans limite ? »

Isabelle SURPLY lors de l’assemblée plénière d’avril 2021.

« La France est extrêmement généreuse et distribue des aides et des subventions à tous les étages du millefeuille, Europe, État, Régions, Départements, intercommunalités et Communes. Ce système est parfois la cible, notamment via le milieu associatif, de margoulins qui détournent les impôts des citoyens et trompent les élus qui, de bonne foi, tentent de soutenir l’activité dans leur périmètre de compétences. »

Stéphane BLANCHON, lors de l’assemblée plénière d’octobre 2021.

“Conduisez à son terme ce nettoyage des dépenses de fonctionnement, en supprimant toutes les subventions à destination d’ennemis politiques, bien camouflés dans d’innombrables associations et autres collectifs qui sont autant de paravents, de subversions de politiques intellectuelles et morales.” 

Stéphane BLANCHON lors de l’assemblée plénière de décembre 2021.

“La LICRA a détourné la légitime lutte contre le racisme au profit d’une idéologie anti-raciste exclusivement instrumentalisée contre les Français, les Européens et les chrétiens […] On commence à en avoir marre de toutes ces associations immigrationnistes communautaristes financées par l’ensemble des collectivités et donc par les électeurs.”

Vincent LECAILLON, lors de l’assemblée plénière de décembre 2021 .

Mais il y a une petite entorse à cette offensive contre le milieu associatif :

« Concernant « SOS chrétiens d’Orient », je suis évidemment très contrite et meurtrie de voir que le lobbying de gauche a finalement gagné pour repousser cette association.”

Isabelle Surply au sujet de l’association SOS Chrétiens d’Orient, désormais sous le coup d’une enquête pour complicité de crimes de guerre.

Le mépris pour les quartiers populaires, le logement social, la politique de la ville

Les élus d’extrême-droite refusent tout investissement dans les quartiers populaires. Ils détestent par dessus tout la « politique de la ville ».

“Le Président Wauquiez n’a pas réussi à sortir la Région des griffes de l’idéologie de la gauche. Alors nous le disons très nettement, nous refusons tous ces dispositifs, car sous couvert d’égalité c’est une vraie dictature de l’égalitarisme et de la négation du naturel que ce gouvernement veut nous imposer. Vous présentez également un curieux protocole d’accord pour le Massif central destiné à soutenir et à promouvoir l’accueil de nouvelles populations. Bigre ! S’agit-il donc des cols blancs en télétravail, amateurs d’air pur et de Saint-Nectaire, ou plutôt s’agit-il de population dont les métropoles ne veulent plus ? La politique de la ville ayant démontré seulement son trou abyssal mais aussi et surtout sa totale impuissance. La rubrique journalière des faits divers nous le démontre chaque jour”

Anne-Françoise ABADIE-PARISI lors de l’assemblée plénière de février 2021.

« Nous voterons contre cet amendement qui vise à favoriser, entre autres, le transfert de logements privés aux bailleurs sociaux en montagne, La catastrophe sociale et économique des banlieues ne nous a-telle pas ouvert les yeux ? Ce n’est pas à la montagne de pallier les carences de construction des logements sociaux et de décentraliser les problèmes inhérents aux quartiers que I’on connaît tous »

Jérôme BUISSON lors de l’assemblée plénière d’octobre 2021.

L’extrême-droite, premier soutien de la casse sociale

L’extrême-droite prétend depuis quelques années défendre les plus pauvres, les plus vulnérables. Quand il s’agit de voter, ils soutiennent toutes les politiques de casse sociale, veulent réserver les aides aux seuls Français. Leur vision du travail est archaïque : ils souhaitent abaisser l’âge d’accès en apprentissage, réduire l’éducation à la simple préparation au marché du travail. Leur politique est totalement antisociale.

« ll est courant d’écouter les citoyens faire le choix de vivre d’aides sociales plutôt que de travailler »

Michel LUCAS lors de l’assemblée plénière d’octobre 2021 sur le plan « retour au travail » de Laurent Wauquiez que le RN a soutenu des deux mains. Toute la gauche et les écologistes ont voté contre.

“Nous souhaitons redonner l’envie d’avoir envie à nos jeunes et pas de les assister. Nous croyons aux valeurs du travail. Nous souhaitons les tirer par le haut plutôt que de les assister.”

Céline PORQUET, lors de l’assemblée plénière de décembre 2021, contre l’amendement de notre groupe proposant d’expérimenter le RSA pour les jeunes.

Les précaires n’intéressent pas le RN. Pour eux, aucun lycéen n’a de problèmes d’accès à la cantine, tout le monde mange à sa faim dans notre région. L’extrême-droite a refusé tous les amendements au budget 2022 proposant une hausse du soutien régional aux banques alimentaires. Y’a plus de pain ? Mangez de la brioche !

“Contrairement aux amendements écologistes nous ne sommes pas favorables à une gratuité totale des repas dans nos lycées, dont les familles, y compris modestes, doivent savoir participer a minima à l’effort quotidien de leurs membres sans assistanat excessif.”

Benoît AUGUSTE lors de l’assemblée plénière de décembre 2021.

“Il ne nous semblait pas que la Caisse d’Allocations Familiales avait supprimé les aides pour les enfants. Il nous semble qu’il y a déjà une politique d’État qui est menée pour que les lycéens puissent se restaurer correctement.”

Vincent LECAILLON lors de l’assemblée plénière de décembre 2021.

Cette casse sociale s’applique aussi aux grands services publics, qu’ils détestent :

« L’attitude et le comportement de la SNCF sont ceux de toutes les entreprises des Etats communistes, où l’entreprise est faite avant tout pour le bénéfice des salariés qui vivent sur la bête »

Bruno DESIES, lors de l’assemblée plénière de février 2021.

Egalité femmes-hommes : remettre « la femme à sa place »

A écouter Marine Le Pen, son accession au pouvoir serait un atout pour les femmes, une victoire féministe même ! La réalité des positions de ces soutiens est toute autre.

“Ce serait une erreur de vouloir absolument un rapport à 50/50 dans toutes les disciplines professionnelles. Nous voyons dans ce rapport, dans certaines disciplines, plus de femmes, par exemple la santé, et dans d’autres plus d’hommes, par exemple le bâtiment. Ce qui doit ressortir c’est la compétence à répondre à une exigence de la profession, qu’elle soit intellectuelle, physique ou encore de disponibilité liée à l’organisation familiale. »

Christel Dupré lors de l’assemblée plénière de décembre 2021.

“Aujourd’hui, nous touchons du doigt les limites et les conséquences d’un progressisme fanatique imposé à nous depuis plusieurs décennies. Si certains fantasment sur la place de la femme il y a 2 000 ans, l’avoir pour autant réduit à un objet de désir est loin d’avoir été l’idée du siècle. Loin de ces néo-féministes français ou islamisés, je veux prôner un retour aux sources, à la nature, car la femme est l’avenir de l’homme et non pas son ennemi. Je vomis ces idéologues qui ont placé les deux sexes dos-à-dos, partout, sur tout et tout le temps. Je leur dis : « mais n’ êtes-vous pas fatigués de vous battre tout le temps contre la réalité, contre un mur ? ». Si certains ont pensé que l’émancipation des droits de la femme était un grand pas en avant, nous sommes tombés dans l’excès inverse de celui fantasmé, mais l’homme dans son orgueil abyssal s’est pris pour Dieu et s’obstine à vouloir modifier l’essence de l’être, qui par définition est immuable. Il a joué à l’apprenti sorcier, mais en tordant la réalité car la sensation de pouvoir est enivrante, je vous l’accorde, mais l’excès de son utilisation provoque le désordre. De la même manière que ces lubies vertes qui ont absolument voulu mettre des forêts dans les villes ou du béton dans les campagnes, on a voulu faire croire aux femmes qu’elles étaient des hommes comme les autres, niant la profondeur de leur nature, qui est immense et source d’une richesse sans fond. Les femmes qui veulent être l’égale de l’homme manquent vraiment d’ambition, mais revenons à l’éducation. Où sont passées ces habitudes culturelles qui plaçaient haut la femme et l’homme par la même occasion ? Vous savez galanterie, flatterie, consolation, une porte ouverte au restaurant, un bras proposé devant une flaque […] Où sont passées ces valeurs qui faisaient notre grandeur, l’élégance de la mode de Coco Chanel, la richesse du verbe de George Sand, la beauté de la féminité quand les femmes ressemblaient à des femmes et avait envie de ressembler à des femmes ? Monsieur le Président, pour réduire les violences faites aux femmes, je pense profondément qu’il faut remettre la femme à sa place et l’homme à la sienne.

Isabelle SURPLY, lors de l’assemblée plénière de décembre 2021.

LGBTphobies : l’homophobie crasse est toujours là

L’extrême-droite ne serait plus homophobe ? On vous laisse juges :

“J’attends avec impatience le budget primitif 2022 pour entendre les explications sur la réalisation d’un budget genré, intégrant les iels et autres LGBTQRST plus, de la part de nos collègues de gauche”

Stéphane BLANCHON lors de l’assemblée plénière de décembre 2021.

« Nous voterons contre cet amendement pour la simple et bonne raison que nous ne pouvons pas accorder de crédit, au sens propre et figuré, à un lobbying qui fait pression notamment auprès du Parlement français pour faire passer des lois qui créent des inégalités.”

Isabelle SURPLY lors de l’assemblée plénière de décembre 2021.

La seule culture acceptable, c’est celle qui plaît au RN

L’extrême-droite aime la culture. Enfin sa version de la culture : des statues en marbre blanc (et pudiquement couverte tout de même), des œuvres « belles et pérennes » mais jamais ou grand jamais subversives. Comment définir la subversion ? Qui met des critères ? Eux-mêmes. Et tout ce qui est subversif est qualifié de pornographique. Hop, circulez.

« Ce Président [Laurent Wauquiez], me direz-vous, ne peut pas monter tout un plan de lutte contre le harcèlement scolaire et en même temps financer la galerie des céphalopodes à Saint-Etienne, une galerie coutumière du fait de ses expositions pédopornographiques que nous avons subventionnées. Le Président Wauquiez ne peut pas défendre la lutte pour le respect des femmes et en même temps financier le festival porno « Ecrans mixtes ».

Isabelle SURPLY lors de l’assemblée plénière de février 2021.

Cette même vision étriquée s’applique à l’Histoire, dévoyée en glorification du « roman national ».

“César l’écrivait plus tard dans sa Guerre des Gaules : les Gaulois étaient un peuple redouté de leurs ennemis. Unis ils formaient un peuple indomptable, Leur grande faiblesse c’était leur division, leurs disputes qui les empêchaient trop souvent de s’unir contre I’ennemi commun. Quelle actualité, quelle résonnance avec notre XXle siècle. Le peuple français n’a pas changé » 

Christel Dupré, lors de l’assemblée plénière d’octobre 2021.

Education : non à l’émancipation

Un point obsède l’extrême-droite régionale : le risque d’émancipation des jeunes dans nos lycées. Hors de questions qu’ils puissent s’ouvrir sur le monde !

“Nous pensons que ce n’est pas à l’État d’éveiller les consciences des enfants, mais uniquement de les instruire.”

Stéphane BLANCHON, lors de l’assemblée plénière de décembre 2021 :

“Je tiens à rappeler aux lubies d’extrême gauche et des « Khmers verts » que, si aujourd’hui notre jeunesse utilise très bien deux pouces pour Candy Crush, elles oublient certainement qu’à l’époque on écrivait très bien aussi avec le stylo plume, et qu’écrire au stylo plume permettait de développer des zones du cerveau que certains jeunes ne pensent même pas posséder aujourd’hui.”

Isabelle SURPLY, lors de l’assemblée plénière de décembre 2021 :

Immigration : xénophobie à tous les étages

C’est évidemment le thème de prédilection de l’extrême-droite, même si Marine Le Pen a eu tendance à le mettre en second plan ces derniers temps. Pourtant au conseil régional les propos xénophobes, racistes, complotistes sont toujours légion.

“L’éducation est un principe de base, que ne reconnaissent pas certains hommes venus de l’immigration-invasion, dont la culture et le raisonnement restent incompatibles avec notre culture.”

Christel Dupré lors de l’assemblée plénière de décembre 2021.

« Il n’y a déjà pas suffisamment de solutions pour nos jeunes, alors utiliser la voie de la formation professionnelle et de l’apprentissage pour les jeunes issues de l’immigration c’est être totalement irresponsable »

Germaine BURGAZ lors de l’assemblée plénière de février 2022.

« Il est temps de dire stop à cette folie migratoire qui tue nos compatriotes et s’attaque à notre mode de vie. La protection de la population française, de notre identité, de nos territoires et de nos terroirs nécessite évidemment l’arrêt de l’accueil des populations migrantes qui importent avec elles de nombreuses guerres et conflits »

Alexis JOLLY lors de l’assemblée plénière d’avril 2021.

Le sport « vecteur de radicalisation »

Le sport intéresse peu le RN, sauf quand il s’agit de se vautrer dans les amalgames.

“Les sports de combat tels la boxe, le taekwondo, la lutte, mais aussi le football, très populaire dans les quartiers sensibles, constituent des vecteurs potentiels de radicalisation des esprits jeunes vers une intrusion inacceptable de la pratique religieuse”

Benoît AUGUSTE lors de l’assemblée plénière de décembre 2021.

2 réflexions sur “Au conseil régional AuRA, des votes de l’extrême-droite qui en disent long sur leur projet réel”

  1. Catherine BRUN

    Et comme en 4 mois, l’extrême droite n’a pas changé, voilà à quoi il faut s’attendre si les électeurs ne sont pas conscients du problème!

  2. Dominique Grob

    Merci pour cette newsletter, c’est instructif ! Ce qu’il se passe à la Région nous concerne, merci pour votre travail.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

code

Retour haut de page