1er décembre : donnons-nous les moyens de mettre fin au sida !

Une pandémie en cache une autre. Alors que tous nos efforts sont concentrés contre la nouvelle vague de coronavirus, le VIH, virus du sida, continue de faire des ravages partout dans le monde. 

37,7 millions de personnes vivent avec le VIH dans le monde, dont 53% de femmes et filles. L’an dernier, ce sont 1,5 million de personnes qui ont été infectées par le VIH, et 680 000 personnes qui sont décédées du sida dans le monde. Un quart des personnes vivant avec le VIH n’ont toujours pas accès aux traitements. 

En France, le nombre de nouveaux diagnostics du VIH a baissé en 2020 (-22% par rapport à 2019, avec 4 856 découvertes)… mais également le nombre de tests de dépistages (-14%) ! Surtout, 30% des dépistages ont lieu à un stade avancé de l’infection, parfois plus de 5 ans après. Or, le dépistage est l’unique moyen d’établir un diagnostic et d’accéder aux traitements antirétroviraux et ainsi freiner durablement la propagation du virus.

Le VIH circule toujours dans notre région, et le conseil régional a un rôle important à jouer pour mettre fin à l’épidémie  : 

  • Par le soutien aux associations de prévention, d’information, de réduction des risques et d’accompagnement des personnes vivant avec le VIH ;
  • Par le soutien aux actions pédagogiques dans les établissements scolaires gérés par la région (lycées, etc.) ;
  • Par la formation des professions sanitaires et sociales pour garantir l’accès aux soins de toutes et tous ; 
  • Par le financement des innovations en santé, pour aller au plus près des populations les plus touchées ; 
  • Par des actions de communication pour faire connaître les outils de prévention et lutter contre la stigmatisation des personnes vivant avec le VIH. 

Sous la présidence de Laurent Wauquiez, l’action du conseil régional Auvergne-Rhône-Alpes est minimale. Les subventions au secteur associatif, en première ligne, ont été massivement réduites ces dernières années. La politique éducative a perdu toute ambition en matière d’éducation à la santé des lycées. 

En cette Journée mondiale de lutte contre le sida (1er décembre), il est plus que temps de se donner les moyens de mettre fin à l’épidémie, ici et ailleurs. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

code

Retour haut de page